Le pianiste-compositeur allemand Alexander Von Schlippenbach a dirigé cette session de studio au milieu des années 70, mais la présence de nombreux autres leaders et innovateurs – Anthony Braxton, Evan Parker, Peter Broztmann, Albert Mangelsdorff, Kenny Wheeler, pour en nommer quelques-uns – en fait un enregistrement de all-stars. Le mot orchestre est important dans la mesure où ce groupe de 16 personnes s’inscrit bien dans la lignée d’un grand ensemble dans lequel une composition complexe et ambitieuse pour cuivres, anches et section rythmique est à l’ordre du jour.

Pourtant, la force du Global Unit Orchestra réside précisément dans la façon dont les ressources substantielles sont déployées tout en maintenant certaines des caractéristiques d’un petit groupe, telles que des pics de tempo vertigineux, des cris perçants et des décalages de texture bien plus difficiles à exploiter efficacement quand il y a tant de musiciens impliqués.

Le résultat est une illustration brillante de la façon dont l’audacieuse poussée de l’avant-garde des années 60 a soutenu la marche en avant d’artistes soucieux de créer de nouvelles sensations sonores au cours de la décennie suivante. « Maranao », l’éblouissante ouverture en est un exemple typique. Une mélodie rhapsodique s’installe dans un legato évanoui, autour duquel le rythme gronde et fait rage comme un feu de forêt ; avant de se transformer de manière organique en une afro-samba rauque et vierge au chemin sinueux. C’est une joie turbulente et une turbulence joyeuse.


Globe Unity Orchestra & Guests, Baden-Baden (FPS)

Tenez-vous informé.e

Abonnez-vous ci-dessous à la newsletter de Qwest TV pour recevoir les dernières actualités et les bons plans !

* champs requis
Langue(s) *
  • Français
  • English

Parcourir des anciens numéros

Centre national du cinéma et de l'image animée | Avec le soutien du programme Europe créative de l’Union européenne With the support of the Creative Europe programme of the European Union

Send this to a friend