Qwest-TV-Sarah-Tandy-Infection-in-the-sentence

Sur Infection In The Sentence, la jeune pianiste montre son ouverture à différentes formes d’expression - passées et présentes - et fait preuve de la maturité requise pour tracer la voie à suivre.

La résidence de longue durée a été l’une des clefs du développement de nombreux musiciens majeurs. Pouvoir jouer dans le même lieu pendant plusieurs semaines, pendant les beaux jours du swing et du be-bop, a pu permettre à des leaders et à des accompagnateurs de devenir un ensemble et, dans le meilleur des cas, de créer leur propre son.

La jeune pianiste londonienne Sarah Tandy n’hésite pas à nommer une session régulière au Servant Jazz Quarters, un bar en sous-sol, à Dalston, dans l’est de la capitale, comme un moment clé de sa carrière à ce jour. « Oui, c’était vraiment important pour moi », confirme-t-elle avec emphase, soulignant le pas en avant réalisé par son quartet – le batteur Femi Koleoso, le bassiste Mutale Chashi et le saxophoniste Binker Golding. « Nous connaissions environ cinq morceaux au début, mais j’ai bien aimé le fait que le lieu n’était pas un exclusivement jazz. Cela nous a donné la liberté d’explorer pendant que nous jouions. J’ai beaucoup appris sur la composition, les rythmes, etc. Et ma musique a grandi.  »

Le premier album de Sarah Tandy, Infection In The Sentence, prouve déjà sa maturité. Il confirme la forte impression qu’elle a donné au cours des cinq dernières années sur la scène britannique en tant que membre de groupes tels que Jazz Jamaica, le Nu Civilization Orchestra et le quartet de Camilla George.

Fille d’un pianiste classique, Tandy a commencé à jouer très jeune et a été exposée aux légendes du jazz américain Count Basie et Dave Brubeck ainsi qu’à des compositeurs européens. Elle cite Errol Garner comme une figure clé de son adhésion à l’improvisation, qu’elle a poursuivie plus sérieusement à l’université, après avoir étudié la musique classique. Ses compositions sont riches, mélodiquement et harmoniquement, mais le plus agréable peut-être est que Tandy a canalisé dans cet album une vaste gamme d’approches rythmiques, reflétant un intérêt pour de nombreuses « traditions ». En résumé, il y a le groove engagé et le swing. Sa manière à elle d’aborder les aspects du jazz qui remontent aux années 20, 30 et 40, lorsque les croches et les doubles croches se superposaient merveilleusement, est tout simplement une question de perspective et d’honnêteté, surtout à la lumière de l’attention portée à la scène britannique au cours des dernières années.

 

« J’y crois beaucoup ! Le jazz est en train de renaître, c’est vraiment incroyable. Le danger, c’est que lorsque des journalistes non spécialisés écrivent sur cette musique et qu’ils ne connaissent pas vraiment son histoire. Ils peuvent véhiculer des idées fausses. J’ai lu de nombreux articles qui partagent une peur pathologique du swing, comme si c’était du passé, eh bien, je trouve cela vraiment étrange, car tout ce qui m’a fait tomber amoureuse du jazz, c’était du swing ! Je veux dire Art Blakey, Cannonball Adderley… ce rythme dur et moteur… c’est incroyable. Femi est connu pour son style afrobeat et pour avoir été influencé par Tony Allen, mais lorsque nous jouions au Servant il écoutait Blakey. C’est ce que nous aimons vraiment dans le jazz. C’est un élément déterminant ; vous pouviez danser et faire en sorte que beaucoup de gens soient complètement pris par ce son et toute cette énergie.  »

«  Je suppose qu’une partie de ma mission, pour ce disque, consistait simplement à écrire des morceaux empreints d’un certain swing  », affirme Tandy avec conviction. « Comme ce rythme peut sonner aussi bien que les autres choses, il ne devrait pas être écarté. » Cela étant dit, la pianiste ne s’oppose en rien ni aux rythmes basses et aux sons électriques ; et les moments imprégnés de dub dans Infection in the Sentence, où Tandy utilise un clavier Nord ou Fender Rhodes, reflètent son désir ardent de pouvoir disposer de « plus de palettes avec lesquelles jouer ».

Tandy prévoit d’approfondir ses connaissances de la technologie de pointe et de la richesse scientifique du studio. Elle est impressionnée par la composition et ses perspectives sur la longue et intéressante route à suivre.

« C’est un premier pas… je viens de dire bonjour au monde », dit-elle. « Tout le processus de création d’un album a soulevé plus de questions que de réponses. Dans les prochains mois, je vais certainement me familiariser avec la production, car cela me donnera plus d’options. J’aimerais aussi sortir un solo, probablement pas un album complet parce que le piano solo est une entreprise tellement énorme…. mais peut-être quelque chose de mineur, j’aurai seulement besoin d’enregistrer quelques morceaux et de voir ce que j’en tire. »


Sarah Tandy – Infection In The Sentence (Jazz re:freshed)

Tenez-vous informé.e

Abonnez-vous ci-dessous à la newsletter de Qwest TV pour recevoir les dernières actualités et les bons plans !

* champs requis
Langue(s) *
  • Français
  • English

Parcourir des anciens numéros

Centre national du cinéma et de l'image animée | Avec le soutien du programme Europe créative de l’Union européenne With the support of the Creative Europe programme of the European Union

Keep on keepin' on !

Quincy Jones and the team will send the best

in jazz and beyond straight to your inbox.

Stick with us!

Don’t leave just yet... 

Send this to a friend