Maisha est sans doute le plus intéressant de tous les groupes de la jeune scène britannique récemment louée. Le fait qu’ils se frayent un chemin à une distance relativement sûre de la machine hype est une bonne chose, et il y a une sensation de concentration agréable sur ces débuts sur disque. La saxophoniste Nubya Garcia et le guitariste Shirley Tetteh en sont les musiciens les plus en vue, mais les autres membres de la section rythmique, le batteur Jake Long, la pianiste Amane Suganami et les percussionnistes Tim Doyle et Yahael Camara-Onolo ne sont pas moins importants, en particulier le dernier couple, car ils donnent un coup d’accélérateur aux tempos les plus élevés qui sont proposés.

Stylistiquement, c’est une affaire très contemporaine. Monnaies courantes de nos jours, les influences Afrobeat sont gérées avec suffisamment d’imagination pour éviter les clichés, tandis qu’une section de cordes déployée avec talent évoque l’esprit de quiconque, de Chris Bowden à 4-Hero, d’Alice Coltrane et de Pharoah Sanders. Mais ce sont les mélodies riches et originales et les improvisations puissantes, et en particulier celles de Tetteh, que l’on retient.


Maisha, There Is a Place (Brownswood)

Tenez-vous informé.e

Abonnez-vous ci-dessous à la newsletter de Qwest TV pour recevoir les dernières actualités et les bons plans !

* champs requis
Langue(s) *
  • Français
  • English

Parcourir des anciens numéros

Centre national du cinéma et de l'image animée | Avec le soutien du programme Europe créative de l’Union européenne With the support of the Creative Europe programme of the European Union

Send this to a friend