Qwest-TV-Quincy-Jones-Gold-Records

Entrez dans l'histoire de la musique avec une visite de la précieuse collection des disques d'or de Quincy Jones. Ici, l'inimitable Q nous fait parcourir certains des disques dont il est le plus fier et partage une ou deux anecdotes sur leur création.

Frank Sinatra, It Might as Well Be Swing

« Pendant mon séjour à Paris, j’ai été appelé à inviter mon orchestre à jouer avec Frank Sinatra au profit de Grace Kelly à Monte-Carlo. J’étais tellement nerveux et très excité de travailler avec lui. À la fin du spectacle, je lui ai demandé ce qu’il pensait et il m’a dit « Bon travail, gamin ! ». Je n’ai rien entendu d’autre pendant quatre ans. La quatrième année, j’ai reçu un appel et la voix à l’autre bout de la ligne m’a dit : « Hé ! Q (personne ne m’a appelé Q auparavant), c’est Francis. J’ai entendu la chanson de Bart Howard « In Other Words » et j’ai aimé la façon dont vous l’avez faite avec Basie. C’est ce que je veux faire. Voudriez-vous faire un disque avec moi et Basie ? » Ma réponse fut : « Mec ! Tu plaisantes ? Évidemment ! » Je l’aime énormément. Il était comme mon frère. »

Quincy Jones, Roots

« Roots a été l’un des projets les plus difficiles (et pourtant les plus enrichissants) que j’ai jamais entrepris. J’ai passé beaucoup de temps à étudier, rechercher et retracer l’histoire de la musique noire ainsi que la signification sociale que notre musique avait dans la société. Roots m’en a appris plus sur moi-même que sur toute autre chose, et j’en serai toujours reconnaissant. »

 

Quincy Jones, Back On The Block

« Back On The Block a signé mon retour à l’expérimentation de l’hybridation musicale. En 1989, les gens me disaient toujours que je ne me renouvelais plus parce que dans la musique traditionnelle… le rap était fini. Mais je ne les croyais pas. Je savais que cela commençait tout juste et que l’influence du hip-hop transcenderait les frontières du « secteur ». Nous avons fini par remporter le deuxième Grammy de la catégorie rap et, quand on regarde ça de notre époque, le rap était en progression, et il l’est toujours ! »

 

Quincy Jones, Body Heat

« Je suis tellement fier d’avoir collaboré avec certains des musiciens les plus talentueux sur cet album. Al Jarreau faisait de la percussion vocale parce que c’était avant que quiconque sache vraiment qu’il pouvait chanter ! Nous ne savions pas vraiment qu’il pouvait chanter ! Alors après, je l’avais couplé avec Minnie Riperton et Leon Ware dans « If I Ever Lose This Heaven ». Des souvenirs absolument magnifiques ! »

Quincy Jones, Sounds…and Stuff Like That

« Je veux dire, avec Herbie Hancock, Lesley Gore, Patti Austin, Stevie Wonder, Ashford & Simpson, Chaka Khan et tant d’autres figures au top du top sur un album, comment pourriez-vous lui donner un nom… ? C’était juste des « trucs comme ça » ! Tu sais… les bons trucs !

Quincy Jones, The Dude

« Un jour, Henry Mancini et moi-même sommes allés dans une galerie d’art et avons vu cette statue au look génial sur le présentoir, et mec… je te le dis… elle n’arrêtait pas de dire : « mon frère, ramène moi à la maison ! » Alors je l’ai acheté juste à ce moment-là. Elle avait une attitude que je n’avais jamais vue auparavant : avec sa lèvre bouffante, son dos cambré et sa canne ! Et c’est ce qui a inspiré mon album The Dude en 1980… Cela peut paraître fou, mais ce mec m’a parlé spirituellement et je suis heureux que ce soit le cas, sinon cet album n’aurait jamais vu le jour (vous pouvez voir la silhouette de la sculpture sur la couverture de l’album) ! J’ai découvert que la statue provenait d’une ferme d’Afrique du Sud… La ferme ne réalisant aucun profit, le propriétaire a fait venir un professeur de sculpture nommé Fanizani Akuda (membre du mouvement sculptural appelé « Sculpture Shona ») qui a appris à ses ouvriers comment sculptez pour gagner leur vie… The Dude est l’une des sculptures que Fanizani a réalisées à la ferme et je l’ai depuis lors ! »

 

Quincy Jones, Q’s Jook Joint

« En 1953, alors que je travaillais à New York comme arrangeur, j’ai eu l’occasion de travailler avec James Moody. Onze d’entre nous venaient de quitter le groupe de Hamp et avaient décidé d’essayer à New York. Moody a entendu les arrangements que j’écrivais pour le groupe de Dinah et m’a donné la chance unique d’organiser ses huit morceaux du groupe. Ainsi, après avoir été personnellement impliqué dans la production et l’arrangement de « Moody’s Mood for Love » pour Aretha Franklin en 1972 et George Benson en 1980, vous pouvez imaginer la joie et la chance d’avoir mon ami et l’auteur de solo d’ouverture et de fin sur Q’s Jook Joint. »

 

Quincy Jones, « The Secret Garden »

« Je n’oublierai jamais l’enregistrement de ce morceau, avec tout ce que nous devions faire pour que l’ambiance soit au rendez-vous ! Nous avions les lumières presque éteintes (à l’exception des lumières tamisées dans la Control Room) juste pour créer une ambiance qui pourrait correspondre à la voix grave et sexy de Barry White. C’est au producteur de trouver comment créer une atmosphère qui permettra de tirer le maximum de l’artiste, et c’est ce que nous avons fait ! »

George Benson, Give Me The Night

« L’album Give Me the Night de George Benson a été l’un des premiers albums de mon label Qwest, et il ne nous a certainement pas déçu ! C’est vraiment une chanson intemporelle, parce qu’il s’agit juste de s’amuser. Et mec, nous avons eu beaucoup de plaisir à jouer ce morceau en concert à Stuttgart, en Allemagne, pour la première fois de notre vie, il y a quelques mois à peine (2017) ! Nous avons bouclé la boucle ! »

 

Brothers Johnson, « Strawberry Letter 23 »

« Nous appelions toujours Louis « Thunder-Thumbs » parce que ce mec savait comment frapper une basse, et George « Lightning-Licks » parce qu’il a une rapidité unique ! Ce duo fraternel ne peut pas être reproduit parce qu’ils étaient tout simplement les meilleurs parmi les meilleurs. Louis me manque tous les jours, mais je suis si chanceux d’avoir pu faire de la musique avec lui et George pendant si longtemps. Il restera toujours avec nous à travers la musique qu’il a laissé. »

 

Brothers Johnson, Look Out For #1

« Louis et George sont partis en tournée au Japon avec moi après mon anévrisme. Au cours de cette tournée, j’ai entendu cette unité et ce son unique entre eux. Cela m’a immédiatement donné envie d’essayer de produire un album pour eux. Alors, je leur ai présenté Mellow Madness et leur nom est passé de Johnson Brothers à Brothers Johnson ! Nous avons choisi tous les titres positifs comme Look Out for #1 et nous avons suivi le flow. Après cela, ils ont eu quatre disques double et triple platine à la suite et sont allés directement au numéro 1 !

 

Brothers Johnson, Light Up The Night and Blam !

« J’ai demandé à Louis et George de travailler avec mon magnifique partenaire Rod Temperton sur leurs derniers albums, Blam ! et Light Up the Night, et je vous le dis, ils ont adoré ça ! Ils avaient besoin de beaucoup d’aide au début, mais nous les leur avons donné car presque tout le monde a besoin d’un coup de pouce ici et là. Mais une fois qu’ils l’ont eu… ils l’ont vraiment eu ! Et la seule preuve dont vous avez besoin est dans ces disques ! »


Tenez-vous informé.e

Abonnez-vous ci-dessous à la newsletter de Qwest TV pour recevoir les dernières actualités et les bons plans !

* champs requis
Langue(s) *
  • Français
  • English

Parcourir des anciens numéros

Centre national du cinéma et de l'image animée | Avec le soutien du programme Europe créative de l’Union européenne With the support of the Creative Europe programme of the European Union

Keep on keepin' on !

Quincy Jones and the team will send the best

in jazz and beyond straight to your inbox.

Stick with us!

Don’t leave just yet... 

Send this to a friend