A la tête de l’Orchestre français le Sacre du Tympan depuis vingt ans, mais s’y considérant exclusivement comme bassiste, l’artiste Fred Pallem nous parle avec humilité de ce projet et des humeurs de son dernier album, L’Odyssée, paru le 5 octobre. Un artiste entier à l’indéniable fraîcheur et à la bonne humeur communicative.

Des débuts jazz de l’orchestre aux passages électroniques de l’hommage au compositeur de musique de film François de Roubaix, en passant par des reprises de thèmes de dessins animés (Cartoons, 2017), de musiques funk des années 70 (Soul Cinéma !, 2017) ou de compositions originales (L’Odyssée, 2018), ses différences de styles élargissent continuellement son public, qui a lui-même tendance à rajeunir.

Avec des reprises ou des compositions, le big band, à l’image de son « chef d’orchestre », est toujours dans l’effusion créative : « Quand on a un grand orchestre comme ça, il faut lui amener de la musique tout le temps, il faut lui donner à bouffer ».

Les sons des seventies

Dans L’Odyssée, son dernier album de compositions originales paru début octobre, Fred Pallem nous surprend une nouvelle fois. Même si il reste fidèle à son amour pour la musique de film descriptive, cet album qui sonne assez jazz (« Astringent Mouse Trap ») voire afrobeat (dans l’exotique morceau « Le Village du Sorcier ») est tout de même un peu plus noir que d’habitude : « Ce n’est pas de la posture, c’est parce que c’était mon humeur. »

Couvé pendant trois ans, cet album aussi mûr que réfléchi s’est construit avec le temps : « Je l’ai laissé reposer comme on laisse reposer un gâteau. » Cela se ressent dans des compositions toujours plus innovantes, surprenantes et recherchées : des lignes de basses profondes – volontairement omniprésentes – qui s’attaquent aux cordes perchées, en passant par les synthés et vibraphones acérés, l’oreille sans cesse sollicitée ne s’ennuie pas.

Un je-ne-sais-quoi de cinéma

L’imaginaire aussi est stimulé par des compositions descriptives qui induisent forcément des images – le but recherché. Chaque morceau plante le décor de différentes intrigues dont seul l’auditeur est le scénariste : « Je trouve cela intéressant de donner une piste de départ. Chacun fait ce qu’il veut après. Par exemple, prenez le titre « Echos » de Pink Floyd : quand j’étais gamin, je me suis toujours imaginé dans une eau profonde avec un sous-marin, mais pour d’autres c’est autre chose. J’aime bien le fait que chacun se fasse son petit film. C’est bien d’avoir une écoute de la musique qui n’est pas que passive. »

Si l’imaginaire cinématographique est présent dans son œuvre, son envie de ne pas composer « sous contraintes » pourrait l’éloigner de la composition de musiques de films et des exigences imposées par le montage numérique au cinéma. « Je suis un compositeur qui fait de la musique qui s’entend. » Cela ne l’empêche cependant pas d’être ouvert à des rencontres avec des réalisateurs ou producteurs : « Moi je suis un artiste. J’ai pas choisi d’être artiste, je suis comme ça : si l’on m’appelle, il faut que l’on me laisse un tout petit peu de place. J’aime amener le public vers moi avec des choses attrayantes, pour le guider ensuite vers des choses plus difficiles. » En attendant, Fred Pallem travaille déjà sur un nouvel album de musiques originales après L’Odyssée.

Pallem est un musicien à l’ancienne, et il ne s’en cache pas. Le collectionneur de vinyles au look 70’s n’accorde pas pour autant ses regards au passé : « Après L’Odyssée, il y a un album de remix qui va sortir, de tous les morceaux de L’Odyssée, mais avec des gars qui font plus de la musique électronique. L’album va être remixé par Yuksek ou Forever Pavot, des mecs comme ça, qui ont la culture du sample que moi je n’ai pas. »


Fred Pallem & Le Sacre du Tympan, L’Odyssée (Le Train Fantôme)

Concerts :

09.11.18 – Les Gémeaux , Sceaux (92), France

25.11.18 – Jazz en Ouche (61), France

24.01.19 – La Gaîté Lyrique, Paris

30.04.19 – Théâtre de Bourg-en-Bresse (01), France

Tenez-vous informé.e

Abonnez-vous ci-dessous à la newsletter de Qwest TV pour recevoir les dernières actualités et les bons plans !

* champs requis
Langue(s) *
  • Français
  • English

Parcourir des anciens numéros

Centre national du cinéma et de l'image animée | Avec le soutien du programme Europe créative de l’Union européenne With the support of the Creative Europe programme of the European Union

Keep on keepin' on !

Quincy Jones and the team will send the best

in jazz and beyond straight to your inbox.

Stick with us!

Don’t leave just yet... 

Send this to a friend