Bien que le vétéran américain soit considéré comme l’un des principaux représentants d’ambiant électronique ou comme le partenaire de Brian Eno selon de fins experts, il a en réalité toujours été bien plus que cela. Les tempos planants, le maillage complexe des textures et le changement progressif de ses chansons peuvent en effet justifier une telle classification, mais l’esthétique de Hassell ne se réduit pas à celle d’un super producteur qui déplace des samples comme des pièces sur un échiquier.

La raison pour laquelle certaines de ses déclarations déterminantes, pas plus que les classiques des années 80, Fourth World, Flash Of The Spirit et The Surgeon Of The Night Sky Restores Dead Things By The Power Of Sound furent si influentes est qu’elles conservent la forte empreinte d’un compositeur, joueur, arrangeur, ainsi que programmeur. Pour toute la modernité de la musique de Hassell, il existe une base claire dans les traditions non-occidentales, en particulier en Inde, ainsi que l’héritage des aventuriers sonores du jazz, et si vous écoutez l’attention microscopique des détails de « The Inflated Tear » de Rhasaan Roland Kirk, vous comprendrez mieux le parcours tracé par Hassell dans le monde de la multi-phonétique et des polyrythmies.

Cette dernière œuvre est une consolidation fructueuse et une extension de son vocabulaire de marque, avec tout le sentiment profondément évocateur et souvent nostalgique auquel on pourrait s’attendre. Hassell qui fait du Hassell pourrait être problématique, mais il y a suffisamment de nouveautés pour apaiser de telles craintes. Il n’y a pas de complaisance dans le magnifique ronronnement félin de certaines lignes et dans le toboggan aquatique des autres ; les boucles des percussions au tempo doublé sur des accords flottants et transparent ; le timbre de la trompette ressemblant à une flûte – le noyau de ce qu’Arve Henriksen a développé à sa manière. Hassell utilise sa trompette pour jouer des thèmes héraldiques comme s’il annonçait l’arrivée d’un membre révéré de la famille royale, mais la cour est à l’ère numérique où les roturiers ont la liberté de la ville.


Tenez-vous informé.e

Abonnez-vous ci-dessous à la newsletter de Qwest TV pour recevoir les dernières actualités et les bons plans !

* champs requis
Langue(s) *
  • Français
  • English

Parcourir des anciens numéros

Centre national du cinéma et de l'image animée | Avec le soutien du programme Europe créative de l’Union européenne With the support of the Creative Europe programme of the European Union

Keep on keepin' on !

Quincy Jones and the team will send the best

in jazz and beyond straight to your inbox.

Stick with us!

Don’t leave just yet... 

Send this to a friend