Quelques mots sur le bonhomme, au sujet duquel on pourrait noircir des pages. Ayant débuté sa carrière dans le rhythm’n’blues dès l’âge de 12 ans, en 1954, Jerry Williams s’est longtemps heurté au music business, au point de se choisir un alter ego en 1970, Swamp Dogg, inspiré par le LSD, les satires de Zappa et les mouvements révolutionnaires. Total Destruction to Your Mind, enregistré à Muscle Shoals, inaugura un catalogue de Southern soul excentrique, entremêlant sexe et politique, sur les pochettes desquels il posait en caleçon ou chevauchait un rat. De quoi lui éviter tout succès. Une vingtaine d’albums plus tard, on le retrouve aujourd’hui, à 76 ans, en peignoir au bord d’une piscine vide. Le titre est explicite : sur Love, Loss and Auto-Tune, il chante les déboires amoureux avec une voix systématiquement passée sous un filtre numérique. Signée Ryan Olson (Gayngs) et Justin Vernon (Bon Iver), la production rappelle celle de Richard Russell et Damon Albarn pour The Bravest Man in the Universe de Bobby Womack (2012). Soit une soul synthétique brillante, à laquelle Swamp Dogg ajoute son second degré dévastateur.


Swamp Dogg, Love, Loss and Auto-Tune (Joyful Noise / Differ-Ant)

Tenez-vous informé.e

Abonnez-vous ci-dessous à la newsletter de Qwest TV pour recevoir les dernières actualités et les bons plans !

* champs requis
Langue(s) *
  • Français
  • English

Parcourir des anciens numéros


Centre national du cinéma et de l'image animée | Avec le soutien du programme Europe créative de l’Union européenne With the support of the Creative Europe programme of the European Union

Keep on keepin' on !

Quincy Jones and the team will send the best

in jazz and beyond straight to your inbox.

Stick with us!

Don’t leave just yet... 

Send this to a friend